La transmission

Nous sommes toutes trois attablées. Toutes trois à déguster un petit café et à parler chiffon. Le ChefChronique nous regarde d’un œil amusé en disant à Zebulon “laisse les filles tranquilles!”. Sans cesse Saucisse fait des allers-retours pour surveiller l’avancée des travaux. Elle me demande si j’y arrive … Cet après midi c’est atelier couture à la Casa ….
Toutes les deux, ma Roselyne et ma Belle Maman m’entourent, me guident et me conseillent. Je fais mes premiers pas de couture. J’essaye d’apprivoiser la bête! Enfiler, mettre une canette, coudre, découdre de nombreuses fois et puis recommencer. À chaque avancée, elles étaient auprès de moi avec un œil bienveillant mais toutefois exigent. Il faut apprendre les bonnes bases dès le début pour faire du bon travail me disent-elles!

Et puis, les souvenirs resurgissent. Toutes deux se remémorent des phrases prononcées par leurs mamans ou des souvenirs d’école “mets un dé sinon tu ne seras pas une vraie couturière ! Tiens ton tissu avec souplesse et fermeté! Recommence encore et encore! Fais des lignes droites sur un tissu pour t’exercer!”. Des instants intimes à chacunes qui resurgissent. Un moment de partage et de transmission.

Voilà ce qui c’est passé hier à la Casa: la transmission d’un savoir mais aussi un moment doux où les rires et les silences studieux se sont succédés. Elles m’ont accompagnées dans mes premiers pas de couturière comme une mère l’aurait fait.

Par moment une émotion particulière m’envahissait. Un mélange de joie et de profonde tristesse. Je me disais que tout ceci j’aurai dû le vivre avec quelqu’un d’autre. N’est-ce pas le rôle d’un parent? Et puis je me dis que la vie m’a offert des amies telles des sœurs et une Belle Maman telle une mère.

Après une telle après midi, une modeste création en est ressortie. Un simple oreiller et une couverture pour le poupon de Saucisse.

Une réalisation bien imparfaite mais tellement symbolique. Ma Roselyne m’a même décerné ma 1ère étoile. Mais surtout au delà de tout cela, j’ai encore davantage pris conscience de mon rôle de transmission auprès de mes enfants.
Effectivement leur apprendre les valeurs de notre Famille mais aussi les règles de la vie en société. Mais aussi le goût de l’effort et du travail bien fait. Et puis toutes ces petites choses qui nous font créateur. La cuisine, la couture, le dessin pour moi et le ChefChronique l’électronique, l’informatique, le sport … Tant de choses que nous apprenons au fil du temps, des rencontres. Des savoirs que nous devons de mettre à la disposition de nos enfants. Un savoir qui doit se transmettre: la mémoire d’un goût sucré, le geste précis. Des savoirs qui seront autant de souvenirs plus tard. Tous, nous nous souvenons de la confiture d’une grand-mère, de la tarte de tata ou bien d’un papa qui maniait si bien le marteau et le tournevis! Tous, nous avons ressenti ce souvenir et ce regret de ne pas avoir appris auprès d’eux car Dieu sait à quel point cette confiture était délicieuse!!! Mais bien au delà du résultat, cet instant de partage et de complicité est en lui même un geste de transmission!

Lorsque j’ai sorti la machine, c’est le ChefChronique qui m’a aidé. Et oui, de nombreuses années il avait observé sa maman. Il avait appris malgré lui et me dit les outils qui me seraient nécessaires. À la fin de mon ouvrage, dès lors que nous nous sommes retrouvés seuls, il m’a dit qu’il était fier de moi et que tout ceci je pourrai un jour le transmettre à nous enfants …

20120910-101756.jpg

Merci Roselyne, merci Belle Maman … Et merci Carine …

Et vous? La transmission est-elle importante?

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

3 Replies to “La transmission”

  1. je partage ton ressenti et cette envie de créer encore et encore, bravo pour ces premiers pas en couture c’est une vraie drogue tu verras (et la chance d’avoir belle maman qui t’aide moi je m’arrachais les cheveux seule…).
    j’ai encore le souvenir de ma mère devant sa singer et le bruit lancinant des petits points qui courent sur le tissus, c’est peut-être ça qui m’a donné envie de me lancer ;))
    Bises!

  2. Ce devait être un grand moment, et je trouve que tu t’en es très bien sortie, le petit ensemble que tu as cousu est tout mignon ! Moi je regrette de ne pas avoir appris à crocheter avec mon arrière-grand-mère, qui était experte en la matière, j’ai gardé précieusement un rideau en filet qu’elle avait fait pour ma maman … et quand j’essaie d’apprendre le crochet avec une amie, je pense à elle …
    Gros bisous !

  3. tu vois ici pas de grand mère, pas de mere, pas enfin presque de soeur …
    ma belle mere essaye de me transmettre a sa facon certaine chose mais c’est pas pareil
    j’espere pas faire la mere erreur que mes parents/grand parent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.