Pour tout cela …

Pour tous ces cris de colères qui fendent l’air. Hurlant ta rage, ta peur et cette immense incompréhension.

Pour toutes ces minutes, à nous bloquer toi et moi au sol en cherchant notre souffle. Inspirer désespérément pour ne pas suffoquer. Expirer cet effroi. Contenir les émotions, contenir pour revenir au moment présent.

Pour tous ces mots si incisifs. Ces mots qu’on se frappe comme un combat verbal. A espérer que l’un de nous plie le genou à terre, suppliant la trêve. Plier au plus vite pour éviter le mot de trop. Celui qui fait mal, celui que l’on regrette.

Pour tous ces gestes qui font mal. Cette tourmente qui ne trouve apaisement que sous un jet d’eau froide, toi et moi, encore dans nos vêtements du jour. Impossible pour moi de te laisser seul. Papa est derrière la porte.

Pour tous ces moments, où je te regarde tourner inlassablement en rond, fredonnant une mélodie … toujours la même. Je me heurte à ta ritournelle. Impossible de te faire cesser cette “danse” tant que tu n’as pas trouvé l’apaisement. Je suis déconcertée et un peu apeurée. Ta bulle semble de fer, m’interdisant de rentrer dans ta ronde. Je crie, je t’agrippe à la recherche de ton regard. Ce regard qui devient noir et hagard. Je cherche cette lueur pour te faire revenir “Laisse moi t’aider Zebulon, tu n’es pas seul”. La danse devient de plus en plus intense, tu perds pied, je te tends mes bras pour ne pas te voir tomber, te perdre. A prier que tu les acceptes comme un refuge.

Pour toutes ces larmes que nous versons. Larmes de doute, d’impuissance, nos larmes comme une demande de sauvetage. Mes larmes de honte de ne pas savoir quoi faire pour t’aider. J’aimerais être meilleure.

Pour toutes ces heures à se câliner pour se rassurer que cet amour inconditionnel est bien là. Ton regard accroché au mien me suppliant de t’aider et d’oublier les minutes de combat, quelques instants avant… Malgré le choas, je sais que tu me fais confiance, j’ai peur de ne pas toujours en être digne.

Pour toutes ces heures à mettre des mots sur toutes ces choses qui te débordent. Verbaliser ton impuissance face à ce que tu vis dans ta journée. La douleur que tu ressens dans ton cœur. Ces attentes scolaires que tu te mets visiblement trop fortes. Cacher encore et toujours tes difficultés pour être comme tout le monde. Ne rien montrer encore et toujours au détriment de ta sécurité intérieure.

Pour tout cela, je suis cette Mamá chahutée dans mes convictions. Bousculée dans mes certitudes. Je tâtonne à l’aveugle, faisant un pas après l’autre. Je pleure de ne pas réussir à te comprendre, à te décoder. Je te dis “Zebulon, toute cette énergie que tu me demandes !” bien trop souvent sur un ton de reproche. Alors on s’entoure de personnes compétentes pour nous épauler, nous guider, nous conseiller. Nous cherchons au delà de ton audition, de ta précocité… Et s’il y avait autre chose ? Des questionnements fusent.

Pour tout cela et bien encore, mon Zebulon je suis dans le bateau avec toi. Il ne coulera pas. L’horizon est incertain mais les étoiles brillent toujours pour nous guider.

Mamá

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

4 Replies to “Pour tout cela …”

  1. Quel beau texte émouvant ma belle. Quel courage quelle force nous arrivons à dégager en tant que mère.
    Tu es une mère admirable. Ne lâche rien !

    1. <3 <3 <3

  2. Difficile pour nous aussi de trouver des mots en te lisant. Mais malgré tous tes doutes, peurs et incertitudes, sois sûre d’une chose : tes enfants, personne ne saurait les aimer plus, et personne ne saurait les aimer mieux que toi.
    On vous embrasse très fort.

    1. <3 <3 <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.