Gérer différemment

Depuis quelques mois la Casa est ballotée par des histoires de famille, des conflits, des non-dits et des silences. Des histoires qui sont en dehors de notre quatuor mais qui nous polluent. Des sentiments qui tourbillonnent dans nos têtes, qui mettent à mal notre sommeil et blessent parfois nos corps. Dos bloqué pour le ChefChronique et l’expression “en avoir plein le dos” prend tout son sens, extinction de voix pour moi, une vérité qui n’arrive pas à sortir, ne plus pouvoir parler pour éviter de tout faire éclater.

Face à un tel constat, il devient nécessaire d’agir. Nos corps nous dictent notre conduite à tenir et une confrontation familiale va avoir lieu, dans les jours à venir.

Depuis, nous réfléchissons sur nous, notre comportement et surtout sur les sentiments qu’une telle situation provoque. Je découvre chez le ChefChronique une belle affirmation, une attitude protectrice et une volonté de ne plus subir. Mais surtout je découvre une sérénité en lui face à ses décisions.

Son assurance me donne alors à réfléchir sur ma propre gestion de ces conflits. Je me rends compte que je leur accorde plus d’importance qu’il ne faudrait mais surtout je m’accorde maintenant le droit de mettre un frein à tout ceci. Ne plus être obligée de subir des situations ou des personnes sous prétexte que nous appartenons à une famille. Chacun a son histoire, et la mienne va s’arrêter là, pour un temps, avec eux.

“Nous sommes responsables de nos paroles mais pas de l’interprétation de l’autre”. Depuis 2 jours cette phrase, chuchotée par une amie, tourne en moi. Ne pas être responsable de la réaction des autres, cela leur appartient en fonction de leur humeur, de leur état d’esprit. La manière dont nous nous exprimons, les mots choisis, l’intonation sera le résultat de notre propre choix. Se concentrer sur notre intention. Le ChefChronique a tout de suite compris le sens des ces mots. Moi, cela n’a pas été immédiat. Mon caractère à vouloir tout expliquer, à me justifier de trop et à culpabiliser sont autant de réflexes sur lesquels je dois travailler. Faire un travail sur moi pour agir différemment, ressentir les émotions différemment.

Mettre en ordre mes mots, mes sentiments et les exprimer au plus juste. Dire la vérité ou en tout cas ma vérité. Ne pas me justifier et ne plus être en attente de la “bonne” compréhension de mon interlocuteur. Il me reste quelques jours pour me préparer à cela. Je resterai aux côtés de mon homme, qui semble être plus avancé que moi sur ce travail.

Je vais me faire attaquer, des reproches vont fuser et je sais que certains points sensibles liés à mon enfance, ma façon d’être mère vont être évoqués. A moi d’apprendre à laisser couler ces phrases. A ne pas tout prendre en plein cœur comme une énième blessure. A moi de transformer ce négatif en positif. La façon dont on va me parler appartiendra à ces personnes. Cela fait partie de leur histoire et non de la mienne. A moi de ne pas me justifier mais de parler avec mon cœur sur mes sentiments sans rien attendre d’eux.

Premier pas pour moi pour agir différemment. Premier pas pour oser dire non et rester dans ma vérité, et me concentrer sur ce qui est essentiel. Ne retenir que l’essentiel, ne pas se perdre.
Un chemin que je débute mais qui m’apparaît de moins en moins obscure.

Dans quelques jours, le ChefChronique et moi allons main dans la main dire stop à une situation bien trop polluante. Nous allons avancer ensemble, au rythme de chacun, mais dans la même intention. Nous allons vers une certaine libération.

Premier billet sur cette évolution. Premier billet qui m’aide à poser mes mots. Premier billet vers une autre façon de concevoir le Bonheur, mon bonheur.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

One Reply to “Gérer différemment”

  1. la phrase de ton amis est très juste <3

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.