“Au coin du Feu” avec Anne-Laure

Entre ma Belle ! Chut !! Les petits viennent de se coucher … quelle journée !!!! Et toi ma belle? Comment vas tu? Vas-y installe toi, désolée pour l’odeur , la peinture est encore toute fraîche!! Tu prends en café?

Ca y est “Au coin du Feu” reçoit sa 1ère invitée. Une Moman, comme elle s’appelle elle-même, mais pas que ! Une assistante puéricultrice qui a accepté mon invitation. Elle court après le temps, elle partage sa vie entre son Homme, ses petits et son métier qui la passionne. Elle a tout de suite accepté de venir papoter de ses journées, ses coups de coeur et gueule pour son métier. Sa vocation, ses ambitions, ses influences… Une belle rencontre que je partage avec vous … et que je remercie de tout coeur !

Si vous avec envie de venir papoter avec nous, j’attends vos mails à chroniquecongeparental@orange.fr. Vos loisirs, vos passions, votre métier et même plus encore!! Je sais que parmi vous il y a de gentilles maîtresses, des fans de jeux vidéos, des brodeuses de talent, des couturières exceptionnelles, des parents de charme et de choc!! Prenez place sur le canapé, je remets une bûche pour avoir plus chaud et les biscuits à la cannelle sortent du four…

Bon j’arrête mon Blabla car ici c’est à toi … Anne-Laure

          “Mon beau métier,roi des métiers que j aime le pratiquer…..

BA OUI…, j ai la chance d aimer et de prendre à coeur le métier que j exerce chaque
jour…
Le saviez vous ? une auxiliaire de puériculture (AP)c est un peu l aide soignante des enfants,des nouveau-né (puisqu elle peut exercer en maternité,neonat,pediatrie….)
mais aussi celle de l enfant en bas-âge (creche,pediatrie…)et des enfants/ados jusqu à l âge de 18 ans. !
…..BREF, voici une “fiche metier” pour les plus curieux:
Nature du travail
S’occuper des bébés
Dans une maternité ou un centre hospitalier, l’auxiliaire de puériculture donne les soins courants
aux nouveau-nés ou aux enfants en bas âge. Il surveille leur courbe de poids et de température,
veille à leur hygiène, prépare les biberons. Il accompagne aussi la maman dans son apprentissage
des soins au bébé. Enfin, c’est lui qui assure l’entretien de la chambre de l’enfant et du matériel
utilisé.
Conseiller les mamans
Dans un centre PMI (protection maternelle et infantile), il accueille les futures mères et
les jeunes mamans avec leurs bébés. Il assiste aux consultations données par le médecin, gère les
dossiers et effectue, aux côtés de la puéricultrice, des visites dans les familles pour conseiller
les jeunes mamans.
Apprendre l’autonomie
Dans une crèche, le rythme de l’auxiliaire de puériculture suit celui des enfants. Il veille à
leur hygiène et à leur alimentation, apprend l’autonomie aux plus grands. L’organisation de jeux et
d’activités d’éveil constitue un autre pôle important de son travail. Il permet de développer la
socialisation de l’enfant avant son entrée à l’école.
Compétences requises
Patience et douceur
Pour exercer ce métier, aimer les tout-petits n’est pas un critère suffisant. Patience,
disponibilité et douceur sont requises pour travailler toute la journée avec des enfants
en bas âge. De même, une bonne santé et un solide équilibre psychologique sont nécessaires
pour s’investir dans ce métier.
Dynamisme et autorité
Pour proposer et mener à bien des activités éducatives, l’esprit d’initiative, le dynamisme
et l’autorité sont les bienvenus. L’imagination et les aptitudes à l’animation doivent être
complétées par un grand sens des responsabilités, une rigueur et une attention de tous les
instants. La vigilance de l’auxiliaire de puériculture est en effet constamment sollicitée !
À l’écoute des parents
Le contact avec la famille reste important au quotidien. Dans l’intérêt de l’enfant, l’auxiliaire
de puériculture reste soucieuse d’entretenir une relation satisfaisante avec la famille.
Sa bienveillance l’aide à jouer un rôle de soutien auprès des parents. Par ailleurs,
elle participe de plus en plus à l’accueil et à l’intégration sociale d’enfants
puériculture est en effet constamment sollicitée !
À l’écoute des parents
Le contact avec la famille reste important au quotidien. Dans l’intérêt de l’enfant,
l’auxiliaire de puériculture reste soucieuse d’entretenir une relation satisfaisante
avec la famille. Sa bienveillance l’aide à jouer un rôle de soutien auprès des parents.
Par ailleurs, elle participe de plus en plus à l’accueil et à l’intégration sociale d’enfants
handicapés ou atteints de maladies chroniques.
Où l’exercer ?Lieux d’exercice et statuts
Un travail en équipe
En fonction des caractéristiques de la structure où il exerce, les missions professionnelles de
l’auxiliaire de puériculture peuvent sensiblement différer. Mais il travaille toujours au sein
d’une équipe constituée d’une part de personnel médical, d’autre part de travailleurs sociaux.
Selon les cas, son activité professionnelle est placée sous la responsabilité d’un médecin, d’un
infirmier ou d’un éducateur de jeunes enfants.
Des horaires variables
À l’hôpital, la continuité des soins impose une présence des personnels 24 h sur 24. L’auxiliaire
suit donc les roulements de travail des équipes et des services, selon un emploi du temps établi
à l’avance, dans la limite de 35 heures par semaine.
En structures d’accueil et garderies
Dans les crèche et les halte-garderies, les heures d’ouverture s’adaptent pour suivre les horaires
de travail des parents. Dans les grandes villes, il existe également des garderies ouvertes tard en
soirée, voire aussi toute la nuit (hôpitaux, services de soins, entreprises travaillant en deux ou
trois-huit…).
BON….TREVE DE BLABLA….
Quelle idée j ai eu de faire ce métier me direz-vous ?…Alors pour ma part ça me viens de ma plus petite enfance ….d autant que je me souvienne je me suis toujours faite “justiciere” des plus petits que moi…le fait d avoir été une enfant “du milieu”? L ampathie ?Toujours est il que dejà au college je me suis dirigée vers les metiers de la petite enfance……Puis il y a l experience: Le babysitting,les stages en crèche,les étés a bosser en centres de loisirs pour une paie de misère, il faut bien le dire ….Mais ça fait de l experience et l ambiance arrive à être très sympa…
les diverses formations :bep sanitaire et social,cap petite enfance,Les bac sciences medico sociales,bafa…tout ça m a mené à passer les concours d entrée à l ecole d auxiliaire de puericulture puis mon diplôme…..

Maman ET Auxiliaire de puériculture….
Mon diplôme je l ai obtenu sans être maman ,ma carriere ,même si je ne fait pas partie des “vieilles” à debuté alors même que je ne savais pas ce que c était d être maman….Alors même que je n avais jamais vécu d accouchement ni de babyblues ni eu le sentiment que rien n importait plus que Mon…puis Mes enfants …..
Biensûr je connaissais la technique du lavage de nez,du bain du nouveau-né …(BREF Toutes les techniques enseignées a l ecole d AP)….Et je savais repérer et repondre aux fameux ” 14 besoins fondamentaux de Virginia Henderson”;je connaissais emmi pickler
et sa maison pour orphelins : loczy dont voici les grands principes ( pour toi qui en a entendu parlé…chronique d un congé parental 😉 )
La verbalisation
Nécessité de favoriser chez l’enfant la prise de conscience de lui-même et de son environnement et de partager l’importance de la verbalisation du vécu: par la “régularité des événements dans le temps et la stabilité des situations dans l’espace”, mais surtout lors des soins, on aide l’enfant à découvrir qui il est, ce qu’il fait, quel est son environnement… On stimule beaucoup sa participation pour lui permettre de s’exprimer et de devenir un adulte “autonome et responsable”. On parle à l’enfant pour le prévenir de ce qu’il va se produire, pour lui expliquer ce que l’on est en train de faire. Ce partage verbal permet à l’enfant d’anticiper les événements et de pouvoir réagir (interaction entre enfant et adulte).
Le jeu libre
L’activité spontanée auto-induite que l’enfant poursuit librement de façon autonome a une valeur essentielle pour son développement; elle doit être pour lui une source de plaisir sans cesse renouvelée.” Les enfants sont placés dans des situations favorisant cette activité autant que possible. Pour cela, on tient compte de

la répartition dans le temps selon le rythme veille-sommeil : l’enfant doit être bien éveillé pour profiter pleinement des expériences; dès qu’il donne des signes de fatigue, on le couche pour qu’il puisse se reposer,

l’espace : il doit être juste un peu plus vaste que celui que l’enfant peut remplir par son activité, afin de lui permettre d’évoluer tout en le maintenant dans un environnement sécuritaire qu’il peut appréhender dans sa totalité de façon autonome, il doit permettre aux enfants de ne pas se gêner tout en pouvant se rencontrer, et ne doit pas être dangereux,

le matériel de jeu : il tient compte des possibilités locomotrices et manuelles des enfants et correspond à l’évolution de leur intérêt,

les interventions de l’adulte : l’adulte ne doit pas interférer de façon directe dans le jeu (sauf si l’enfant est en situation difficile : disputes, ennui…), mais maintenir les conditions optimales pour l’activité auto-induite, commenter les progrès et favoriser la prise de conscience.
Le respect de l’activité autonome
D’après Emmi Pikler, il est nécessaire que l’activité naisse de l’enfant lui-même. L’adulte doit respecter le rythme de ses acquisitions motrices, et ne pas placer artificiellement l’enfant dans une position qu’il n’a pas encore acquis (ex : ne pas mettre assis un enfant qui ne sait pas encore le faire). Son rôle est de l’aider à trouver le moyen d’y parvenir seul, l’aider à prendre conscience de ses accomplissements. Pour y parvenir, il est important que l’enfant puisse être libre de ses mouvements (ex : pas de barreaux aux lits afin que l’enfant puisse y entrer ou sortir seul.)

Mais cela n empêche que je n etais pas MOMAN !….Et oui et il est difficile de laisser son enfant,NON! son bébé que dis-je ! (et son premier , qui plus est!) âgé de 2 mois et demi dans une crèche pour devoir aller garder les bébés des autres dans une AUTRE crèche !!!
Alors depuis ce jour où j ai laissé mon Luïs, et chaque jour depuis….j essaie encore plus de mettre les maman en confiance dès le temps d adaptation du bébé,je les comprends mieux c est sûr….Et je leur dis toujours au debut quand elle nous confie leur enfant…N hesitez pas à nous apeller dans la journée si vous en ressentez le besoin….Alors certaines maman le font ,d autres pas….Certaines le font plus longtemps que d autres…..peu importe au final l important c est qu elle se sentent confiantes lorsqu elles nous confient ce qu elles ont de plus cher,NON ? Et quand maman se sent bien en general bébé aussi !
Et puis les AP essaient de garder le plus possible de reperes identiques à ceux que l enfant peut avoir à la maison….(doudou ou pas…Turbulettes ou non,alimentation, marque biberon etc….) dans la limite de ce qui est possible de faire dans une collectivité bien entendu…
Oui je suis un peu etonnée parfois de quelques façons de faire de certaines mamans parceque chaque maman n eleve pas ses enfants de la même maniere, etonnée dans le bon sens aussi ça arrive….ET Oui parcequ une Maman AP est une AP n a-t-elle pas le droit de se poser de questions sur ce qu elle fait de bien ou non pour son enfant ? n a t elle pas d aîné qui soit jalou de son petit petit frère qui viens de naître ?n a t elle pas le droit de se mettre en colère apres son enfant quand il fait une bêtise parceque c est la fin de la journée et qu elle est fatiguée,doit elle toujours garder son “professionnalisme “à la maison ? AVEC MES ENFANTS IL Y A L AFFECT et HEUREUSEMENT …C EST CE QUI PERMETS AUSSI DE FAIRE LA DIFFERENCE DANS MA FAçON de faire d avec les autres enfants ….
Il n est peut être pas si facile que ça au final d être maman et professionnelle de la petite enfance….on se pose toujours mille questions quand on fait quelque chose avec son enfant….”si je lui dis ça comme ça est-ce qu il va comprendre…?” “et si il devenait comme cet enfant ,aussi dependant de moi que ce dernier l est de sa mère,et si il avait cette maladie ou une autre?” .
Et le choix du prénom…..Quelle tâche difficile quand on a connu certains enfants avec certains prenoms et que ces enfants ne correspondent pas à notre ideal…hors de question de choisir ces prenoms .(je n en citerais aucun pour ne froisser ici personne)…
Et papa dans tout ça a-t-il son mot à dire?Ne se repose t il pas trop sur maman puisqu elle connais,puisque c est son métier,pourquoi ne pas la laisser faire ? Et maman laisse lui elle sa place de père…? ne l assome t elle pas trop de conseilles quand à sa façon de faire avec les enfants ?difficile de ne pas mettre son grain de sel quand on sait …Qand on connait les degats que de mauvaises paroles ou de mauvaises explications POURRAIENT avoir comme concequence chez son enfant….

Mes coups de coeurs
Les enfants ! même si il y en a avec qui on accroche plus que d autres(comme avec les adultes au final) et de plus difficiles que d autres ,on s en occupe de la même maniere quand on aime son métier. de toute façon ce sont les parents qui font les enfants ….Les chiens ne font pas des chats n est-ce pas ?
Le dialogue,l echange avec les parents qui sont ouverts à ça bien sûr…..Ce qui est essentiel à mon avis pour le suivi dans les soins de nursing,et le suivi de l evolution de l enfant….Et bien sûr l enfant se sentira plus en confiance si il voit que les adultes qui s occupent de lui savent “accorder leurs violons”
Le travail en equipe ! parcequ il faut comme avec les parents accorder nos violons ! et parceque une bonne ambiance ça peut aussi aider à passer une bonne journée aux enfants qui sont coupés de leur environnement familial pour quelques heures …et pour nous c est plus cool aussi !

Mes coups de gueules
Les enfants malades et porteurs de handicaps quelque soit la maladie ou le handicap !
Les parents malpolis avec le personnel ou les enfants , ceux qui nous posent leurs enfants comme il poserait un paquet à la poste,ceux qui les maltraite par la parole ou par le geste….ceux qui font du chantage à leur enfant pour qu il soit propre….Doit je continuer dois temoigner de tout ce qui me choque ? Je pense que certains n en croirait pas leur oreilles de tout ce qu on voit de tout ce qu on entend ….
Les parents qui pensent que quand on est assises on ne fait rien ! oui parceque pour parler à un enfant ou pour l interresser à une activité n est il est mieux d être à sa hauteur ? Est ce que je leur parle en montant sur une chaise pour être plus haute qu eux moi ?!….


Voilà ma petite chronique préférée….On se sent bien au coin du feu mais il est tard…Et demain c est moi qui ouvre la crèche…. J ai pleins de bisous,bonjour , pleurs,rires,jeux ,cacas, et exploits qui m attendent !
Alors je vais “raccrocher” le clavier ma petite chronique….et me mettre dans mon lit douillet…Tu me chante une berçeuse ?”

 

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

One Reply to ““Au coin du Feu” avec Anne-Laure”

  1. Très intéressant tout ça !
    Pour moi qui laisse mes enfants à la crèche depuis peu, pas évident de faire la différence entre les différentes personnes, et je suis toujours heureusement surprise de voir qu’elles connaissent toutes mes enfants, même s’ils n’y vont qu’une fois par semaine …
    Et j’admire beaucoup les personnes qui exercent ce métier, car moi, je n’aurais définitivement pas la patience !
    Ravie d’avoir fait ta connaissance, Anne-Laure !
    Et bises à toutes les deux et à vos bambins !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.