Unknown

Présentation de l’éditeur


En 1998, un réfugié tibétain défraie la chronique. Dans Le Moine rebelle (Plon), il révèle son échappée belle, à quatorze ans, alors qu’il est lycéen à Lhassa, pour rejoindre le dalaï-lama en exil en Inde. Devenu moine, il revient au Tibet où il est emprisonné dans les geôles chinoises. Son évasion et sa fuite à pied, au prix de mille kilomètres parcourus à travers l’Himalaya, le conduisent enfin en France. Aujourd’hui, Tenzin Kunchap raconte son enfance sur le toit du monde. Il s’appelait alors Akdnpa. Mo-la, sa grand-mère, lui révélait les coutumes de ses aïeux. En ce temps-là, les défunts étaient conduits dans la montagne pour être offerts en festin aux
rapaces. C’était bien avant que les Chinois n’envahissent cette parcelle sacrée. Et ne piétinent tout sur leur passage. Entre silence et répression, rites et endoctrinement, ce récit émouvant est celui d’un enfant qui, fasciné par la  » Grande Étoile guidant le peuple « , finit par lui préférer la liberté…

Mon avis

Cet enfant évoque au fil des pages le contraste entre les traditions transmisent par sa grand-mère (Mo-la) et la modernité imposée par les fonctionnaires, devenir un héros communiste. « Le combat que mènent nos parents consiste à vivre dans le respect des traditions, dans la mesure du possible, sans heurter les consignes édictées par les fonctionnaires ».

Un livre qui nous plonge aux coeurs des traditions tibétaines. On ressent ce malaise, ce combat entre le passé et le futur imposé. On est happé par ce récit émouvant.

Je regrette par moment la rapidité de certains passages. J’aurai aimé encore plus de détails sur les traditions de ce peuple. Je vais nourrir ma soif de découverte avec un autre ouvrage du même auteur Le Moine rebelle . Je vous en parle prochainement.

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *