Il y a quelques semaines, je recevais une lettre m’annonçant que j’étais en possession de 2 livrets A et que je devais régulariser cette situation dans les plus brefs délais. Clôturer un des 2 livrets.

2 livrets? Impossible. Mon livret a été ouvert depuis mon plus jeune âge et reste la seule trace de ma vie de jeune fille. Livret qui abritait mes petites économies, mes projets futurs. Lui seul était sensé assurer les débuts de ma vie d’ adulte.

Rdv à la banque et le voile se lève. « Madame un de vos parents vous a ouvert ce livret pour assurer votre avenir ». Les jambes vacillent, j’ai chaud, trop chaud. Je demande encore et encore des explications. Le lieu d’ouverture, la date et la personne qui a fait cette demande.

La date était inscrite: 1992. Le lieu: l’est de la France, une ville qui m’évoque quelque chose …. bien loin de moi, de mon enfance. Qui??? Impossible de le savoir.
Je rentre à la Casa et je fouille dans ma boîte noire, je relis les papiers du juge pour enfant. Cette ville était bien un lieu de résidence de mon père. Son lieu d’exil quand il est parti, quand il m’a abandonnée.

Le banquier me fait clôturer ce compte et demande le transfert de fonds. Je balbutie et je lui dis que je refuse cet argent dont la hauteur du montant n’était pas accessible. Je ne le veux pas. Un sentiment d’argent sale qui me tâche les mains et le coeur. Je ne veux rien de lui, de mon père, de mes parents.

« Madame cet argent vous revient. Parfois les gens font ce genre de chose pour s’excuser. Peut être que votre père a fait quelque chose de bien pour votre avenir alors transférez les fonds »

Une signature. Des papiers à envoyer et cette attente.

Ce livret contenait quoi? Quel était son histoire? Que vais-je en faire? Que représente-t-il?

Je ressens un réel malaise. Ce livret a été ouvert l’année du dernier jugement de mon enfance. Alors que j’étais assise sur le banc près de mon avocat, ce corbeau noir, à attendre mon père ou ma mère. Attendre que mes géniteurs veuillent de moi.

Je ressens une gêne. Tout ce chemin parcouru pour me libérer de mon histoire et ne rien leur devoir. M’affranchir de leur histoire, de leurs fantômes. Ne rien leur demander. Ne rien leur devoir. Et cet argent apparaît …. Qu’avait-il prévu pour moi? Cet argent était-il pour m’aider à demarrer dans la vie ou bien pour se déculpabiliser de n’être pas là pour moi?

Qu’en faire? Rien. Ne pas y toucher. Le donner à mes enfants et ne surtout ne pas l’utiliser. Je veux me débrouiller sans lui, sans eux. Ne pas me sentir redevable.

Le temps passe. Ce livret A se clôture. Les fonds sont transférés et je vais à la banque demander le montant « Madame il n y a rien dedans. Il est vide. Si vous voulez appeler l’agence de cette ville pour en savoir plus et faire des recherches ».

Je le remercie. Je sors et je me mets à rire. Un rire nerveux. Un rire de gêne. Un rire de l’ironie de cette histoire, de mon histoire.
Je ris et je me dis « ce livret est à l’image de mon père …. »

Qu’importe le montant. Qu’importe le pourquoi du comment. Cette année est vraiment celle où tous les secrets se dévoilent et je m’accroche fort à ma libération.

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

18 comments on “Papa, tu monnaies combien mon abandon?”

  1. J’oserais dire que ce n’est pas une surprise malheureusement.
    Il a tout de même fait la démarche de l’ouvrir… est-ce une bonne ou une mauvaise chose? Qu’avait-il réellement en tête?
    Aucune importance au fond.
    Mais je comprend parfaitement ta conclusion. Tu attendais à être surprise, de voir dans un montant hypothétique un geste de sa part qui en aurait dit du « bien »; tu n’es pas déçue car tu t’y attendais. Tu es juste un tout petit déçue parce que tu espérais tout de même…

  2. Le titre de ton billet m’ayant interpellé, je découvre ton histoire familiale. Je suis vraiment désolée pour toi, pour tout ce que tu as vécu.
    Sinon, je pense que la banque n’a vraiment pas assuré … Si le livret est en nom, pourquoi ne pas te donner le montant qui est disponible et ainsi t’éviter ces tergiversations? Bref, les voies du système bancaire toussa …

  3. Mon coeur a failli lacher en lisant cet article … Je suis même un peu sous le choc car je te lis depuis un moment… Je ne sais pas comment j’aurais réagis a ta place. Et puis franchement je ne sais pas dans quelle banque tu es (bien que j’en ai une vague idée) mais ils ont vraiment pô assurer… :/ Bibis doux 🙂

  4. Avec Mr, on s’est déjà posé cette question (c’est con hein) : si un jour il débarque et nous demande du pognon ou nous en donne ???? Réponse de Mr : pour le 1 il va se brosser, pour le 2 on se torche avec !!!!
    Je crois que dans ces cas-là RIEN est tellement mieux en fait !!!!
    <3

  5. Juste un mot pour dire que j’ai lu et que ce billet m’a touchée… Je ne peux qu’essayer d’imaginer tout ce qui a du te passer par la tête depuis que tu as appris pour ce livret ! Bon courage.

  6. Finalement l’épilogue de cette histoire de livret ne pouvait être meilleur pour toi. A défaut d’avoir eu le choix, tu ne lui devais rien.
    Ce billet que je n’avais pas lu me prouve encore une fois à quel point tu es solide même si tu n’es pas non plus invincible. Tu as une force incroyable et tu peux être fière de ce que tu accomplis chaque jour au quotidien malgré tout ça <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *