Ma naissance: une date, un lieu, un homme,  une femme et tant de souffrance. Le début de mon histoire, le début de leur silence, de son secret.

Ce chemin sur mon histoire est long, tortueux et tabou. Il se fait d’étapes, d’avancées, de recules aussi grands, de désintérêts mais aussi de curiosité. Une histoire de « je t’aime moi non plus ». Paradoxes qui m’envahissent et que chaque jour j’apprivoise. Je grandis et mes questionnements avec. La colère a laissé place à un besoin plus sain, plus facile à gérer. Un besoin de percer ce secret.

Peut m’importe où je vais, tant que je sais d’où je viens. Sommes nous tous en mesure de dire cette phrase, de la penser, de la vivre avec toutes les épreuves et découvertes qu’elle entraîne? Sommes-nous tous désireux d’y répondre? Est-ce une quête propre à chacun?

J’avance vers une volonté de savoir. Mes recherches avancent et touchent bientôt au but. Mais quel but? Ai-je conscience que je vais faire souffrir en réapparaissant? Oui. Suis-je prête à faire face à leur colère? Oui je me doute que leur dire « Bonjour je suis votre soeur, le numéro 2 » aura des conséquences. Mais je ne m’en réjouis pas. Je sais que leur vision de leur mère va changer. Je sais que cette femme qui me tourne le dos va être furieuse et blessée. Je le sais. Je le crains mais pour autant dois-je porter ce secret encore longtemps, son secret? Dois-je renoncer à un besoin personnel au prix d’un groupe, d’une famille?

Ma mère m’a caché de la fatrie, de ces maris. Mais des oncles et tantes ont eu certainement connaissance de ma naissance et eux aussi portent ce secret. Il y a 13 ans lors de ma 1ère recherche, ma mère refusait de me rencontrer. Me disait que si je venais frapper à sa porte, elle me la claquerait au nez. Qu’en sera-t-il maintenant? Est-ce-que je dois entendre ces menaces où répondre à mes questions?

Je me refuse de vivre avec ce secret. Ma Saucisse me pose de plus en plus de questions sur mon passé et ce trou noir m’oppresse. Alors je prends une grande inspiration et dans les jours à venir je vais prendre contact. Je vais remuer un secret de famille, je vais vers ma vérité sur aussi dure soit elle ….

Alors si toi qui me lis, tu reçois un mp sur Facebook ou un appel d’une jeune femme … peut être que c’est moi … respire un bon coup et ne raccroche pas …

wpid-wp-1380531303952.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

23 comments on “Ma naissance, le silence de ma mère ….”

  1. Je t’envoie plein de courage, et tout ce dont tu as besoin pour avoir la force d’affronter ça…Je souhaite qu’à la fin il y ait du bonheur, des découvertes, des rencontres, une nouvelle famille…..

    Et si malgré tout ça ne porte pas ses fruits, tu auras fait ce que tu devais faire, et j’espère que tu seras heureuse d’avoir été au bout de tout ça…..

    ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

  2. Comme les autres je te souhaite bon courage pour cette démarche que tu vas entamer. Du courage pour affronter « l’inconnu », du courage pour écrire ou téléphone à tes « demis ».
    Que tu reçoive de la colère ou de la souffrance en réponse certainement, souhaitons qu’ensuite ces personnes (qui vont prendre un coup de bambou sur la tête) réfléchissent et comprennent ta démarches.
    Eux seuls peuvent peut être faire « fléchir » ta mère, s’ils t’acceptent comme soeur alors peut être que ta mère renouera des liens, car elle doit aussi avoir peur de « perdre » ces enfants quand ils « sauront » qu’elle t’a abandonné.
    Quelle que soit l’aboutissement de cette démarche tu auras tout tenté, tout fait, tout essayé et tu n’auras aucun regret pour ton avenir et pour expliquer toute ton histoire à tes enfants.
    Courage encore et toujours pour toi.

  3. Oulala, ça y est j’y suis …..
    Je ne m’étais pas trompée. Il te faudra énormément de courage pour soulever le couvercle, au risque de déclencher une tempête. Mais fais-le …. c’est vital pour toi. Courage !

  4. J’espère que tu as eu les réponses que tu cherchais. Non, on ne sait pas tous d’ou on vient, et c’est très difficile d’expliquer à ceux qui savent pourquoi ça nous empêche de savoir ou on va. Même si ta mère ferme la porte, dis toi qu’au moins tu peux avancer.
    Ton récit me touche beaucoup, bon courage

Répondre à Maman louzoù Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *