Aujourd’hui je suis sonnée. Tout se bouscule dans ma tête, dans mon corps et mon coeur. Je ne crois pas tout gérer. Je ne crois pas tout comprendre ce que j’ai vécu hier tant c’était violent. Hier j’ai rencontré ma mère et ce n’était pas prévu ….

Une journée ordinaire entre les enfants à la crèche et l’école. Une journée à la Casa, douce et tranquille. Et puis un appel de ma soeur aînée. Un appel de douleur, un récit difficile. Je l’écoute me dire que notre mère la renie. Je l’entends me raconter les mots de haine prononcés par notre mère. Son crime? Avoir ouvert le secret de famille, n’avoir pas su gérer peut être l’annonce …. avoir fait comme elle a pu …
2 heures durant, je cherche me mots pour l’apaiser et je ressens une telle culpabilité. Rien de tout ceci ne serait arrivé si je n’avais pas fait cette recherche. Rien de tout ceci ne serait arrivé si finalement je n’étais pas née …

Et pourtant la veille, je ressentais une telle fierté d’avoir pu mener cette démarche. Fière d’y être parvenue. J’avais réussi ma Libération avec ma force. Je partage ce moment avec mon amie. Elle me dit alors qu’avec une Libération, il y a une épreuve test. Elle me souhaitais que cette épreuve ne soit pas un troupeau de mammouths. Elle n’avait pas tord de me souhaiter courage …

Fin d’après-midi. J’attends le retour de ma famille puis le téléphone fixe sonne. Je ne connais pas ce numéro. Je ne réponds pas. 30 min plus tard ce même numéro insiste. Et s’il y avait un problème avec mes petits?
-« allo?
– bonjour Angélique … c’est D… ta …. »
Nul besoin de poursuivre. Cette voix, je la reconnaîtrais entre 1000. Il y a 13 ans je l’avais gravée en moi. La voix de ma maman.
-« je suis en bas de chez toi. Peux tu te libérer et me rejoindre?  »

Le sol se dérobe sous moi, les meubles tournent. Je panique. Je pleure. Je tourne en rond. Je ne maîtrise plus rien. Je ne me maîtrise plus. Je cherche un repère. Un pilier. Mon pilier. Appel en pleurs au ChefChronique. Me mots sont confus. Il ne comprend qu’une chose que ma mère est en bas. Qu’elle m’attend. Je ne veux pas y aller. Je veux me cacher dans un placard en boule. Eteindre la lumière et me dire que tout ceci est un cauchemar. Oui rien de tout ceci n’était prévu. Tout ceci est au delà de mes forces. Je lui crie que si je n’y vais pas, je risque de ne plus jamais la voir mais je ne peux pas. Il est en route. Je raccroche. Je panique de plus belle. Des minutes qui défilent. Et si elle restait pour m’attendre??? Mais si elle partait? Et si elle ne me laissait pas le temps? Je passe un autre appel à une amie. Lui crier que ma mère m’attend en bas. Hurler que j’ai peur. Que j’ai 3 ans, que je suis une enfant. J’ai peur. Je suis terrorisée. Je ne veux pas d’épreuve test. Je suis tellement perdue… je ne veux pas. Je ne veux pas !!!!!!! Et tellement à la fois.

Les minutes passent. J’envoie un texto à ma mère pour lui dire que je ne peux pas la voir. Le téléphone sonne immédiatement.
-« je suis en bas. Si tu ne viens pas, tu ne me verras plus jamais. Ce sera fini! »

Ultimatum. Trouver en quelques minutes la force. Rassembler ses esprits. Faire taire ce petit enfant terrifié et affronter en adulte. Je laisse mes petits chez un ami. Je prends la main de mon mari et je descends.

Hier je suis descendue en bas de chez moi. Hier j’ai vu cette très belle femme en escarpins, j’ai vu ma maman pour la première fois ….. il était 18h03.

… Le Jour où j’ai rencontré ma mère, 33 ans après …

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

30 comments on “Hier j’ai vu cette femme en escarpins, hier j’ai rencontré ma mère”

  1. J’espère que l’entretien s’est bien passé et que aujourd’hui Monsieurchronique n’est pas obligé de te ramasser à la cuillère.
    Finalement tout s’est enchaîné très vite. Est-ce une bonne chose ou pas …. l’avenir nous le dira mais je n’espère qu’une chose c’est que tu n’es pas revenue à la case départ. Tu ne le mérite pas …. Je t’embrasse et te souhaite plein de courage ! Bisous

  2. Hello ma chère amie,
    j’ai des frissons en lisant ton article, j’espère que malgré tout ce chamboulement, cette rencontre t’aura apporté quelque chose, même s’il te faut quelques temps pour le digérer.
    Je t’embrasse bien fort, et gros bisous au reste de la Casa !

  3. Je te souhaite que tu aies pu supporté tous ces bouleversements. Heureusement que ton mari te soutient. Si cela s’est mal passé dis-toi que tu as un super mari et de beaux enfants qui te soutiennent tous les 3. Vas-tu rencontrer ta sœur aînée ? Vivement que je puisse te lire à nouveau. Je t’envoie de gros, gros bisous pour te réconforter. MB2

  4. Je me dis que même si la rencontre s’est mal passée (si elle a reniée ta soeur ça ne doit pas être pour t’ouvrir grand les bras) tu as avancé, tu as avancé (sans avoir à t’en vouloir pour ta soeur) parce que tu l’auras rencontré, tu pourras si cela s’est mal passé, pouvoir refermer une porte et continuer ta vie d’une autre façon, tu n’auras plus aucun regret puisque tu connaitras tes racines, tu connaitras « ta » famille et tu auras des réponses à tes questions.
    Et si ta soeur se rend compte de qui est votre mère alors tu auras gagné.
    Maintenant je souhaite de tout coeur que cela ait remué des choses, fait réfléchir ta mère et qu’au final peu à peu vous vous apprivoiserez.
    Courage à toi et hâte de te lire.

  5. tu as eu la force de descendre, d’affronter tes peurs, maintenant il te faut assimiler cette rencontre, prendre ton temps, de quelques façons que cela se soit passé, sois fière de toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *