Dans quelques jours, je vais fermer la maison de mon enfance, elle est vendue. Elle ne va plus nous appartenir, elle va renfermer de nouveaux souvenirs, une nouvelle histoire avec une nouvelle famille. Elle va devenir leur maison, leur cocon.

Cette maison, je pourrai vous en parler comme personne. Je pourrai vous décrire chaque pièce, chaque recoin. On se connaît depuis près de 37 ans. Son grand salon avec sa cheminée qui crépite chaque soirée fraîche, cette cuisine qui a vu mitonner les bons plats de famille, ses 6 chambres nous abritant tour à tour, les oncles, les tantes et moi la petite fille. Chaque pièce a son atmosphère, à l’image de son occupant. Cette maison abritait ma famille mais aussi un bureau, une entreprise qui a fait prospérer mes grands-parents.

J’ai occupé 3 chambres successivement. Une avec mon père, les premiers temps. Puis une autre, pour revenir à la première. Tournez manège des chambres au fur et à mesure où les enfants quittent le nid. Plus on grandit, plus on a le droit d’occuper les chambres côté jardin. Au calme face à une vue superbe, surplombant un écrin de verdure. Ce jardin luxuriant, terrain de jeu et d’exploration. Dans ses allées, je faisais de ma moto rouge, magnifique moto qui n’était autre qu’une petite bicyclette. Mais n’allez pas me le dire! J’allais à vive allure, à faire des dérapages. Dans la rocaille, les plantes et cailloux abritaient ma maison playmobil. Mon camping car emmenait ma famille imaginaire dans de douces aventures. J’ai vu le jardin se transformer, la piscine se construire. Quel bonheur de pouvoir plonger à ma guise, nager sous l’eau dans le silence et rêver.

Au fond du jardin, il y avait une petite porte, une porte d’amitié avec les voisins. Nos allées et venues rythmaient les parties de cartes endiablées et les apéritifs joyeux. De l’autre côté, j’attendais chaque vacances scolaires ma meilleure amie et mon premier béguin qui rendaient visite à leurs grands-parents. Nos jardins ne faisaient plus qu’un et le potager du papi se transformait en une cuisine géante. Combien de fois, nous nous sommes faits disputer de ne pas avoir pris les mauvaises herbes pour notre patrouille mais les bons cardons du dimanche? Et les cabanes au pied des arbres? Et ses nuits à planter la tente dans le jardin? Et puis …

Et puis, on grandit et nos aînés vieillissent. Cette maison devient trop grande, trop lourde à porter. Et puis il y a la vente.

Dans quelques jours, je vais fermer la porte de cette maison, en fermant avec mon enfance. D’un tour de clé, je vais laisser derrière moi, des odeurs, des grincements de parquet, des branchages qui frappent la fenêtre de la salle de bain (que de cauchemars à cause d’eux!), des marques sur les murs rappelant un meuble déplacé trop brusquement. Je vais laisser un peu de moi là-bas mais les nouveaux propriétaires n’en sauront rien. Faisant partie de l’âme de cette maison.

Cette maison n’était pas destinée être la mienne. La maison de mes grands-parents devaient être juste une étape mais au final elle a été mon pied à terre, mon refuge et parfois d’une certaine façon ma prison. Bien que cela faisait quelques années que j’en étais partie, je lui ai dit au revoir le jour de mon mariage. Descendant en robe blanche les escaliers, j’ai quitté ma chambre d’enfant pour rejoindre mon mari au pied de la dernière marche. Descente emplit de symboles.

Dans quelques jours, je vais dire au revoir à cette maison et clore un chapitre. A ce même moment notre petit Casa sort de terre et érige déjà les murs de notre cocon. Dans quelques mois, je vais rentrer dans cette maison, entendre les grincements du parquet, les descentes à toute vitesse de l’escalier et les petits plats mitonnés dans notre cuisine et la tente au milieu du jardin.

Au moment où je ferme la porte de cette maison de mon enfance, j’ouvre celle de mes enfants, notre Casa en devenir.
Ainsi va la vie.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 comments on “Fermer la maison de mon enfance”

  1. ça me parle tellement ! Pas la même histoire bien sûr mais concernant la dernière maison où nous avons vécus avec mes 2 parents réunis. La maison qu’ils ont construit.
    ça me parait tellement loin maintenant.
    Plein de bonheur à venir dans TA maison de famille 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *