Apprendre une langue étrangère, à quel âge?

Parler une langue étrangère n’est plus uniquement pour répondre à un goût pour l’exotisme, pour le voyage ou la volonté de connaître une autre culture. Notre monde s’internationalisant, devient de plus en plus petit. Parler une langue étrangère est une ouverture indispensable notamment pour le travail. Cette préoccupation est souvent au coeur des interrogations parentales et parfois dès le plus jeune âge. Vouloir lui donner toutes les chances pour son avenir. L’enfant commençant à prononcer quelques mots en français que nous sommes déjà tentés de lui faire répéter « hello », « bye bye », une comptine en anglais, espagnol … Quel enfant n’a pas chanté « happy brithday » au lieu de notre « joyeuuuuuux anniversaire! »?

A quel âge apprendre une langue étrangère? Existe-t-il des périodes critiques qu’il ne faut pas manquer ? Y-a-t-il un risque de confusion lorsque l’enfant apprend 2 langues?Jusqu’à quel âge peut-on apprendre la langue de son pays d’accueil ou toute autre langue étrangère ? Voilà tout autant de questions que nous sommes nombreux à nous poser, notamment à la Casa.

Qu’est-ce-que le bilinguisme?Le bilinguisme de l’individu est capacité du locuteur d’alterner entre deux langues selon des besoins de contexte sociologique où deux langues sont couramment utilisées sur un même territoire. Le bilinguisme est une véritable richesse.

Extrait d’un article de Pascal ROULOIS

 Si le lexique s’apprend assez facilement tout au long de la vie, dans une communication de 64 pages destinée à des experts en linguistique (5), Michele Daloisio définit les périodes critiques pour l’apprentissage d’une langue étrangère en ces termes : « il est potentiellement possible d’acquérir une ou plusieurs langues étrangères avec des compétences égales à celle d’un natif à l’intérieur d’une des fenêtres temporelles suivantes. »

De 0 à 3 ans, on serait capable d’acquérir une « prononciation parfaite et [développer] des habiletés linguistiques », capacité conservée jusqu’à 8 ans, mais avec plus d’effort. S’ensuivrait une période sensible jusqu’à 22 ans où « les fortes potentialités neurologiques […] permettent de développer une bonne compétence linguistique, mais il est de plus en plus difficile que cette compétence soit comparable à celle d’un natif. »

« Après la période sensible, l’acquisition profonde d’une langue est beaucoup plus difficile, et elle est influencée par des facteurs contextuels (contexte naturel ou institutionnel, quantité et qualité de l’input, prestige de la langue objet d’étude) et personnels (intelligence, style d’apprentissage). »

Les enfants de moins de 7 ans disposent d’une très grande capacité d’apprentissage, qui repose essentiellement sur l’apprentissage implicite. Ils n’ont pas besoin d’une démarche structurée, organisée, dirigée ; ils apprennent au contact de leur environnement. Il est donc inutile de donner des cours de langues (comme on le ferait pour un adolescent ou un adulte) à un enfant de moins de 7 ans. C’est au contact d’allophones de son âge, via les liens de socialisation, qu’il va apprendre naturellement les langues étrangères. Un enfant de cet âge bénéficiera en revanche de la multiplication des inputs, c’est-à-dire, de la fréquence et de la durée d’exposition à une langue étrangère. Celle-ci peut se faire de différentes manières : écouter de la musique, séjourner à l’Etranger, évoluer dans un milieu multiculturel… L’idéal reste la transmission de la L2 par un parent allophone, ainsi que des séjours à l’Etranger de moyenne durée.

Une garde d’enfants à domicile en langue étrangère, une solution vers le bilinguisme? Le choix de Speaking-Agency.

Toutes les familles ne sont pas composées d’un parent allophone. Qu’entend-on par allophone? Personne qui, dans un territoire donné, a pour langue première une autre langue que la ou les langues officielles et qui réside habituellement dans ce territoire. A la Casa, le ChefChronique est le parent allophone. L’espagnol est sa langue maternelle et nous vivons en France, en pratiquant au quotidien la langue française. Il parle beaucoup aux enfants en espagnol mais le réflexe de l’espagnol est bien souvent malmené par le quotidien baigné de langue française. Les enfants se nourrissent alors de livres en espagnol, de dessins animés sur la chaîne espagnole et surtout d’échanges avec leur grand-mère et arrière grand-mère. Depuis septembre, ils sont inscrits à l’Institut Cervantes et rencontrent d’autres enfants issus de cette vague d’immigration. Et toute la richesse est bien là, l’échange et être au contact de personnes partageant une même langue. Les enfants se nourrissent alors ce contact et absorbent la langue tout naturellement.

Depuis quelques mois, j’ai le grand plaisir d’être ambassadrice chez Speaking-Agency. Nous testons alors la garde à domicile en langulivres jeunesse en espagnole étrangère et tout naturellement nous avons demandé une baby speaker hispanophone. Vendredi dernier, Ana Lucia est venue garder nos gones. 2 ans qu’elle est en France pour suivre des études de médecine. Un Hola joyeux l’a accueilli à la Casa. La soirée était sous le signes des jeux et de la lectures. Elle a lu des livres (empruntés à la bibliothèque) qu’elle lisait elle-même petite, et le ChefChronique aussi. Un peu d’émotions dans tout cela. Oui les langues c’est aussi et avant tout un partage d’émotions, de souvenirs, de rires, de chants et de lectures. La langue renvoie à l’intime. Ana Lucia a parlé de son pays aux gones, El Salvador. Avec son ordinateur, elle leur a montré la carte de ce petit pays d’Amérique Centrale et bien d’autres photos encore. Pendant ce temps, nous nous sommes éclipsés pour un moment à deux. A notre retour, les enfants étaient au pays des rêves et le lendemain, ils étaient heureux de cette rencontre et encore plus enrichis.

Etre parent c’est aussi être confronté à la garde de nos enfants pour le temps péri-scolaire, les vacances scolaires. Pourquoi ne pas allier la garde de nos enfants et l’apprentissage d’une langue, tout en bénéficiant des droits de la CAF (modalités de garde par un organisme) et défiscalisation à hauteur de 50%? Speaking Agency est une agence qui propose une garde d’enfants associée à un apprentissage des langues à domicile. En quelques mots Speaking-Agency c’est:

  • Le pionnier de la garde d’enfants à domicile en langues étrangères (toutes langues) – depuis plus de 7 ans (Lyon, Paris, IdF, Lille, Nantes, Bordeaux, Toulouse) et cours de langues tous niveaux et âges (enfant à adulte en entreprise) ;
  • la plus grande communauté d’intervenants natifs et expérimentés grâce à nos recrutements à l’étrangers et en France (plus de 65 000) ;
  • en partenariat avec le CNRS (psycholinguiste réputée) sur les apports en matière de recrutement, formations et outils pédagogiques .
  • pour avoir une idée des tarifs, demander un devis qui prendra en compte plusieurs critères, ex : nombre d’heures, fréquence, âge des enfants, localité, etc..

Rdv sur leur site pour les cours d’Anglais et Garde d’Enfants à domicile.

Sur Lyon, Jenna Deguara sera une interlocutrice adorable, ultra réactive, dynamique et qui saura vous apporter une solution à vos besoins. N’hésitez pas à la contacter !!

Jenna Deguara
Responsable Agence de Lyon
Lyon City ManagerTél.: 06 42 00 87 83 / 01 83 95 41 74

jenna.deguara@speaking-agency.com

Article sponsorisé

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

3 comments on “Une garde d’enfants à domicile en langue étrangère, une solution vers le bilinguisme?”

  1. Merci on a testé les ateliers en anglais avec Speakingagency mes enfants ont beaucoup aimés . Mon conjoint vient d’une famille Espagnole , nous avons pensé opter pour cette version , l’année prochaine comme mode de garde .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *