Comme avoir la tête d’un côté qui bouillonne et les jambes d’un autre qui pédalent dans le vide. Ne pas savoir finalement si la tête va plus vite ou au contraire si je ne fonce pas sans réfléchir. Attendre le soir pour finalement pouvoir fermer les yeux et ne penser à rien. Douce illusion … toute la machine reprend de service, à checker tout ce qui est à faire, tout se que l’on attend de moi, tout ce que je me dois de maîtriser. Rêver de trouver le bouton pause, juste un instant.

Juste un instant, me poser sans une to do list. Ne plus me torturer dans mes choix, cesser cette balance entre le + et le -. Briser cette pression et juste dire « je suis fatiguée, je voudrais juste poser mes pensées, mes doutes, mes envies et faire le vide. » Prendre une grande inspiration et respirer.

Voilà, je voudrais pouvoir respirer à pleins poumons, ne plus avoir le souffle coupé par des craintes, par une peur de ne pas bien faire. Inspirer profondément à en prendre le tournis, à en être euphorique. Puis expulser cet air, bruyamment. J’ai envie de m’entendre, j’ai besoin que cet air expulsé, vide mon coeur de ses peines, de mes doutes. Et reprendre aussi tôt une énorme bouffée et me sentir vivante, maître de mes décisions. Ne vivre que l’instant présent.

Un bouton pause à ce croisement.

Notre Casa est livrée, les cartons s’amoncellent, n’attendant plus que nous pour être transportés vers cette nouvelle vie. Quitter des repères, des habitudes pour créer une nouvelle page de notre vie de famille. Au vert, avec plus d’espace, plus de liberté.

Un virage professionnel à prendre. Tout s’est accéléré. Pour des raisons médicales, je vais quitter le métier que j’ai choisi, celui qui m’accompagne depuis plus de 13 ans. Devoir penser à une reconversion professionnelle. Le chemin va être long, on me parle de faire le deuil de mon métier, en être consciente mais ne pas réellement mesurer l’impact que cela va avoir. Sortir de ma zone de confort, de me repères.

On me dit que je dois penser à moi dans mes choix futurs. Mais quelle route prendre pour cette reconversion professionnelle? Le tourbillon de la vie qui m’emmène avec lui, avec cette grande part d’inconnu. Cet inconnu qui m’angoisse, qui m’oppresse. Cet inconnu qui me pousse vers une maîtrise maximum des événements et qui me revoit en pleine figure que cela est impossible. Et heureusement …

Je cherche le bouton pause. Juste pour ne pas me faire happer. Juste pour me sentir vivante et pas uniquement être un robot à devoir tout organiser, tout planifier pour les jours et mois à venir. Tout ce changement me fait peur, me chamboule. Je me raccroche au ChefChronique « Dis moi que tout va bien se passer? ». Faire une prédiction sur un avenir dont moi seule je suis détentrice …
Pieds sur la table

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 comments on “Le bouton pause”

  1. Dommage pour ton travail, peut-être trouveras-tu une nouvelle branche qui te plairas également. Bon courage. MB2
    PS : je suppose que le déménagement a déjà eu lieu, sinon je pense très fort à toi.

  2. Bonjour ma belle ,
    Le bouton pause je l’ai trouvé il y a quelques mois.
    J ai tout couper ….tout ….sans un mot …j ai éteint mon téléphone , min ordinateur , coupe avec mes amis, ma famille .
    J ai quitte mon travail en décembre .
    Pendant 4 mois j ai vécu que pour moi et la famille que j ai créé .
    3 mois sans pendre contact avec personne .
    Beaucoup n’ont pas compris que j’en vaut besoin et ont coupe l’amitié ….tant pis .
    Parfois c est plus qu un besoin mais une nécessité.
    J ai repris le travail que j ai choisi en mai après un bilan de compétence , auprès d un organisme qui m a aide à savoir se sont j avais réellement envie professionnellement.
    Sur le plan perso je reprend la route , doucement mais sûrement.
    Pourquoi ce besoin ? Sûrement fait l autruche sur mon passe et qu à un moment de la vie ,ma vie à exploser en moi …
    Je t’embrasse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *