Nous en avons parlé sans avoir réellement réussi à mettre une image dessus. L’évocation de cette nouvelle rentrée planait au beau milieu des cartons de notre Casa fraîchement emménagée. Une nouvelle ville, une nouvelle maison, une nouvelle chambre, des nouvelles habitudes et une nouvelle école.

Quelle est petite cette école ! Il n’y a que 9 classes ! Étrange ce bâtiment tout neuf alors que pour nous l’école était un vieux bâtiment avec 100 ans d’histoire au milieu d’une grande ville. Pas d’étages et de longs couloirs pour ce perdre. On peut y aller à pied, à travers des hameaux de maisons … les copains y vont à vélo … et nous, nous pourrons aussi y aller à vélo ? et tous seuls ?

La nuit a été courte. Tourner inlassablement dans son lit, essayer de ne pas y penser mais comment faire pour ne pas penser à ce grand jour! Mamá nous dit qu’il faut dormir car nous serons fatigués demain. Mais comment dormir quand on a envie que demain soit maintenant et en même temps que demain n’arrive jamais ?

Une petite tenue soigneusement choisie par ma grande Saucisse. Cheveux délicatement maîtrisés par une barrette assortie. Penser à tout sur cette première image que l’on va donner de soi sans trop le montrer. Le contracté de-contracté. Le cartable fait et défait de nombreuses fois, discrètement. Il ne faudrait pas montrer que l’on angoisse un peu … quand même … Et les autres ? Comment seront-t-ils ? A quoi jouent-ils ici? Comme si les enfants devenaient différents même en ne changeant que de ville. Et si on ne m’aimait pas ? Et si je ne me faisais aucune copine ? Et si ….

Une chemise vite enfilée, un short juste pour se sentir encore en vacances. Les tongs doivent rester au placard, quelle tristesse. Parce que les vacances c’était bien quand même. D’ailleurs, pourquoi on ne peut pas toujours rester en vacances? On grandit quand même, il suffit de voir la longueur des pantalons raccourcir au fur et à mesure des saisons. Des cheveux difficilement domptés … satanés cheveux qui ne veulent en faire qu’à leur tête alors qu’il faudrait avoir un air sérieux. On va à l’école, et l’école est chose sérieuse. Papa vient à la rescousse de cette crise capillaire, un peu de gel, ça fait grand … et si on mettait un peu de parfum ? Le cartable est soigneusement rangé, avec un petit objet secret pour se rassurer, mais chut pas un mot, cela doit rester entre nous.

On lâche les mains, pas devant les autres . Papa est là lui aussi. C’est un jour important alors il a le droit d’arriver plus tard à son travail. C’est drôlement bien d’arriver en retard le jour de la rentrée, pourquoi pas nous? Juste pour savourer quelques minutes de plus les vacances. Juste un peu encore. Et si on faisait semblant de rester un peu à la maison …
Une grande inspiration face à cette grille qui s’ouvre. Un dernier regard un peu inquiet, pas trop, Mamá semble déjà inquiète pour 2. Un signe de la tête de Papa en guise de « vas-y tout ira bien ». Les yeux de Mamá brillent mais elle dira que c’est la lumière qui l’éblouit. Sacré soleil derrière tous ces nuages … la pluie n’était pas loin …

Une nouvelle année commence, un mélange d’excitation et d’appréhension. Mais pleine de nouvelles aventures.

Bonne rentrée à enfants !

pupitre ancienne ecole

Vous avez aimé ce billet ? Partagez-le ! Besitos Mamá Chronique

Rendez-vous sur Hellocoton !Mamá Chronique

1 comment on “Bonne rentrée les enfants !”

  1. Chez nous aussi rentrée sous un ciel mitigé … la toute petite qui rentrait en petite section n’a pas versé une larme, alors que la grande, malgré la présence de son jumeau, n’a pas pu retenir les siennes …
    Bisous à tes petits grands, ma chère Angélique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *